Blanchin le Bref

Un article publié dans le cadre du généathème d’avril de Geneatech. L’essentiel du récit se passe en 1818. A cette époque, les maires n’étaient pas élus mais nommés par le préfet du département.


Quand j’ai réalisé il y a quelques années la liste de mes ancêtres maires, aurais-je oublié René Blanchin, sosa 108, mon ancêtre à la 7e génération ?

Né le 23 juin 1760 à Terves, fils aîné de Pierre Blanchin et de Marie Perrine Guionnet, il est le descendant d’une longue lignée de maréchaux-ferrants, installée depuis près de 100 ans dans le bourg. Le savoir-faire de ses aïeux ainsi que quelques mariages bien choisis font que, une fois adulte, il fait partie des notables de la paroisse. Il épouse Marie Thibaudeau en 1789 qui lui donne 5 enfants dont 4 seront adultes. René Blanchin et sa famille sont discrets ou chanceux pour traverser indemnes les guerres de Vendée. Le bourg a été dévasté mais, une fois la paix rétablie, René Blanchin a retrouvé son aisance sous le Premier Empire. Ainsi, grâce à son travail de maréchal et à différents fermages, il jouit de 1200 francs de revenus annuels ce qui le met en haut de l’échelle sociale d’une petite commune rurale. L’arrivée de Louis XVIII au pouvoir en 1815 et la restauration de la monarchie ne dérange sûrement pas notre homme qui a grandi dans un territoire fidèle au roi.

C’est d’ailleurs lui que le préfet va solliciter en 1818. Il faut remplacer René Frouin à la fonction de maire. Ce dernier est démissionnaire car il change de domicile et aussi de commune, quittant Terves pour Courlay. Son adjoint, François Beliard, a décliné le poste. On pense donc à René Blanchin qui possède toutes les qualités requises à l’époque pour devenir édile. Il sait lire et écrire et dispose de revenus suffisants. L’ancien maire a peut-être influé sur le choix : les deux hommes sont proches, le fils de René Frouin a épousé l’année précédente la fille de René Blanchin. Le 6 octobre 1818, un courrier part de la préfecture des Deux-Sèvres pour informer l’impétrant de sa nomination, il ne lui restera plus qu’à prêter serment devant son adjoint.

Combien de temps met ce courrier parti de Niort pour arriver à son destinataire 60 kilomètres plus au nord ? Sans doute plusieurs jours, voire cinq précisément.

Le 11 octobre 1818 soit cinq jours plus tard, à 8 heures du soir, René Blanchin meurt subitement à son domicile à l’âge de 58 ans. Son cœur n’a peut-être pas résisté à l’émotion quand il a ouvert le courrier ! Il n’a même pas eu le temps de prêter serment. Il n’est donc ni René le Posthume, ni Blanchin le Bref et je n’ai pas à compléter ma liste d’ancêtres maires.

Le lendemain, son épouse Marie Thibaudeau va chercher François Frouin, encore en fonction, pour constater le décès de son mari.

François Frouin va devoir rester à son poste de maire quelques jours supplémentaires avant qu’un homme à la santé plus solide, André Bichon, lui succède enfin.

Sources : 3 M 862 et 4 E 336/12 (AD79)

3 commentaires sur “Blanchin le Bref

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Raymond,
    C’est toujours avec un grand plaisir que je lis tes articles. Etonnante la destinée de Blanchin le bref qui est aussi un de mes ascendant direct ( sosa 110 ) Ci-joint une photo de sa fille Marie Jeanne ( dont tu parles dans ton article ) mariée avec Frouin Joseph fils de René maire de Terves . Marie Jeanne apporta la ferme de la Roulière à Terves dans sa dot.

    /Users/guilloteaujeanlouis/Desktop/Numériser 5.jpg

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La généalogie par GénéaBlog86 !

Généalogie deux-sévrienne

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

Nids de MOINEAU

Site généalogique consacré aux MOINEAU de Mauzé-Thouarsais et d'ailleurs.

L'arbre de nos ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

genealogiepratique.fr

Pratiquez la généalogie en toute simplicité

La généalogie par GénéaBlog86 !

Généalogie deux-sévrienne

La Pissarderie

Généalogie deux-sévrienne

La Drôlesse

Généalogie en Poitou et Anjou

GeneaTech

Généalogie deux-sévrienne

GÉNÉA79

Le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Nelly, ancêtre du Poitou

Blog généalogique Poitou, Dordogne et Pas-de-Calais

Chemin de Papier

Généalogie deux-sévrienne

La Gazette des Ancêtres

Généalogie deux-sévrienne

De Moi à la Généalogie

Généalogie deux-sévrienne

Lulu Sorcière Archive

Généalogie deux-sévrienne

Gallica

Généalogie deux-sévrienne

Feuilles d'ardoise

Notes généalogiques d'Anjou et d'ailleurs

%d blogueurs aiment cette page :